Catégories

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

RECHERCHER

JPB

  • JP

CFRG


« Confiture de mirabelle | Accueil | Le G9 de Lima : Mix 2011 »

04/08/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Alors là, je proteste, il faut préciser mûres de ronce "cultivée", qui effectivement, n'ont aucun goût et qu'on trouve en vente comme tu le précises en petite barquettes!

Mais les mûres de ronciers sauvages, c'est une merveille acidulée et surtout parfumée. J'en ai beaucoup ramassé dans les Landes pendant mon enfance et j'en garde un souvenir très précis.

Quand on fait des confitures avec, il faut glisser quelques fruits encore rouges pas tout à fait mûrs pour exalter la saveur.

ton texte est à encadrer
notre échelle gustative intime est incroyablement associée à ces instants d'enfance où un fruit nous a pour toujours donné l'idée du bonheur absolu
et tu as raison, le souvenir est toujours précis
Je n'écris pas sur les pommes dans les revues de jardinages car chaque visiteur en voyant, en goûtant une de nos pommes dit qu'il en connaît une meilleure
qu'il mangeait quand il état gamin
inutile de te dire qu'aucune poire ne se compare ici à la pera rocha (qui pourtant ...)
c'est pareil avec les prunes, tu dis la Reine Claude, moi aussi, c'était ma mère qui levait les yeux au ciel en mangeant des Reine Claude dont elle se régalait
tu penses bien que mes premiers pruniers étaient des Reines Claude
ici le peintre lève les yeux en me décrivant une prune jaune et juteuse, incomparable, du verger de ses parents
et Flaco tente désespérément de faire pousser de la grosse prune à sécher comme dans sa suisse natale

Je proteste moi aussi. Les mûres cultivées c'est juste de l'eau avec du son, mais les mûres sauvages... Celles qui sont un peu loin du chemin, pour que la poussière ne gâte pas le goût, une année un peu sèche pour que l'excès d'eau ne les affadisse pas. En plus, les plus grosses et les plus savoureuses sont dedans, il faut se piquer pour y arriver. Ah non, je proteste, même vigoureusement.

Parlant de fruits perdus, je me souviens aussi les "manzanas camuesas" que je mangeais à la sierra de Madrid, petites, difformes, avec des plaques rouge vif, tellement sucrées et tellement juteuses. Comme pour les mûres, je peu en évoquer le goût à la demande, mais celles-là je ne les ai jamais retrouvées.

Alicia

merci Alicia
je vais descendre dans la vallée
il y a des mûres de ronces sauvage
vous m'inquiétez, Venezia et toi
mais enfin celle de culture
je ne vais pas changer d'avis

On attend des commentaires objectifs après dégustation…

Je confirme les mûres de ronces sauvage ont du goût et n'ont rien à voir avec les impressionnantes MÛRES CULTIVÉES, très belles mais sans goût (elles)... Mis à part la cueillette difficile avec égratignures, dans les "coins à mûres" comme on dit par chez nous... je dirai que la prise des gelées relève du casse tête et que d'une casserole sur l'autre, l'une prend et l'autre reste liquide... Ces gelées restent un défi chaque été !!! Le fruit seul ne laisse que des petit pépins dans les dents et la langue bleue mais ça...c'est rigolo !!

hier Claudia et Nuno visitent le jardin,
http://matos.art.free.fr/
Nuno dit à Claudia, ha des mures, vas y, tu les aimes tant, Claudia se précipite,
elle fait la grimace, elles sont acides dit elle
ce matin nous en avons ramassé le long du chemin
sauvages, très bonnes très sucrées
Voici donc un fruit qui est bon sauvage mais petit et pas facile à récolter que la sélection moderne a rendu beau mais mauvais.


bonjour Valérie
oui tu as raison, les mures sauvages n'ont rien à voir
je viens d'en manger
je suis difficile sur les confitures, ma gelée c'est coing/pomme, mes confitures sont abricot, mirabelle et physalis
tes gressins me fascinent, j'aurais pensé qu'il y avait un peu d'huile d'olive la dedans
bon bref, faut faire cailler du lait

Oh, ces mûres toutes noires dans le caillé de chèvre, pour le goûter... Mon voisin laisse gentiment son terrain à l'abandon, il y a un vieux puits autour duquel les mûres sont magnifiques, sucrées, énormes, brillantes, acides juste ce qu'il faut.

Ravie que tu te sois réconcilié avec les vraies mûres…

j'en ai mangé hier, en bas de la vallée
c'est effectivement bien sucré,
je n'ai pas trouvé une saveur typée de fruit rouge
je me suis piqué
comment a t on pu à partir d'un tel fruit
arriver à faire ces gros fruits de culture acides et dépourvu de toute saveur ?
c'est le chemin inverse de la domestication des principaux fruits

Merci pour le retour gustatif. Pour moi ça a le goût du "sauvage"

C'est rigolo, j'ai longtemps pensé comme toi. Et puis c'est l'homme qui m'a emmené à la chasse aux mûres en Dordogne. Le truc pour les ramasser ? Une bouteille d'eau vide, pour qu'elles ne s'écrasent pas. Et le virus est passé aux petits, qui désormais les récoltent en se régalant (sucré au goût, c'est très peu sucré en glucides en fait), et le petit dernier dans les bras les montrent du doigt dès qu'il en voit des bien noires sur les buissons. On en fait un coulis au sirop d'agave divin sur de la faisselle de chèvre...
Et c'est bon parce que ça a le goût de la maraude et des écorchures.

Dans mon Forez natal (sur les contreforts Est du Massif Central) ce qu'on appelle communément "mûres" sont indissociables de l'automne (comme les champignons, les myrtilles, le gibier et la fourme). On en fait des gelées délicieuses pour l'hiver. C'est un peu comme le cassis pour les bourguignons, j'imagine. Il ne nous viendrait jamais à l'idée d'achetter ces fruits cultivés. Par contre, il est quasiment impossible d'éviter de se piquer, griffer, blesser en les récoltant. Toujours prendre soin de relever les préparations à base de ce fruit d'un trait de jus de citron. A noter que les fleurs de ronciers font un excellent miel à la saveur délicate (propriétés anti-tussives). Les ronces, comme les orties ont aussi des vertus.

Autant je vous suis sur la plupart de vos points de vue..autant, (et ce n'est pas seulement une empreinte de la mémoire d'enfance), la cueillette de mures sauvages, bien que laborieuse, vaut laaargement l'effort fourni..car la gelée qui en résulte c'est, pour moi, et tous ce à qui j'en offre, la meilleure de toutes. Si les mures cultivées atteignaient ce degré de saveur...y'a longtemps que me serais convertie..mais..ce n'est pas le cas, loin de là.

...tous ceux à qui j'en offre...pardon...à force de voir des fautes, j'ai l'orthographe qui flanche.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.