Catégories

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

RECHERCHER

JPB

  • JP

CFRG


« Pêches à la verveine | Accueil | Bourgeons de Lis d’un jour en asperge (Daylily buds) »

29/07/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Toujours un plaisir de vous lire.
Une vraie encyclopédie.

Bon été

Ton lien sur le kinilaw est super interessant, un grand merci.

J'avais rapporté lors d'un voyage aux philippines un merveilleux petit livre (si précieux qu'il fait partie de mes livres de chevet que je ne prète pas!):

"kinilaw, a philippine cuisine of freshness" (1991), d'Edilberto N. alegre et Doreen G. fernandez
qui détaille bien la singularité de ce mode de cuisson (qui utilise aussi souvent du vinaigre de coco à la place des calamansis).

les calamansis sont exquis en goût mais absolument introuvables en France (le vinaigre de coco, on en trouve).

Pour le ceviche péruvien, la chicha (biere de mais à l'origine fermentée à la salive) devait effectivement jouer le rôle d'un vinaigre.
Et il faut savoir que le Mexique notamment fut , dès le XVI° siècle une base de départ pour les aventuriers et les religieux qui cherchaient à aller plus loin (j'avais retrouvé aux archives à Seville des lettres d'un religieux de plus de 70ans suppliant les autorités royales de pouvoir embarquer pour les Philippines!)
donc cette hypothèse d'une connection peruvio-philippine est à creuser!

as-tu réussi à acclimater des calamansis dans ton royaume?

Pour revenir aux citrons verts, qu'est ce que c'est bon!

Bonjour Venezia,

J’ai écrit en portugais sur le fascinant voyage de la lime « de Perse » (qui vient du Pakistan) c. latifolia – nos citrons verts gros fruit à peau fine qui sont de climat subtropical à transition – et sur le voyage des limes « du Mexique », à vrai dire d’Indo-malaise, c. aurantifolia, strictement tropicale qui remplacent le citron dans la cuisine de ces latitudes.

Ils montrent comme les voyageurs à partir de l’époque arabe aimaient acclimater, car les portugais on trouvé la lime gros fruit en Afrique du nord – venant de Perse via les arabes - l’ont plantée à Madère puis au Brésil, d'où un australien l’a acclimatée en Polynésie – d’où « de Tahiti » donné par un américain qui l’a apportée en Floride (pour faire court) d’où elle est venue en Italie, en Espagne... et au Portugal.

Le voyage depuis l’Indonésie de la lime petit fruit vers le Mexique passe vraisemblablement très tôt par les Antilles où les hollandais l’ont acclimatée et, via les espagnols, au Mexique d'ou elle ira vers l'Amérique du Sud...

http://www.hort.purdue.edu/newcrop/morton/mexican_lime.html

Les calamansis poussent ici en plein champ sans problème, mais le fruit ne reste pas vert comme sous l’équateur (à la différence du combava - ex nom de l’ile de Sumbava, en face de Bali – autre agrume équatorial qui a engendré une cuisine qui lui est propre), ils prennent de la couleur à maturité et un petit goût de mandarine satsuma. Je vais essayer cette année de les ombrer pour différer le prise de couleur. Je te dirai si ça marche.

Et pour revenir aux citrons verts, essaie s’il te plait le pruneau d’Agen farci d’une fine tranche (chair et zeste) de citron vert, tu vas voir ton plaisir : le citron vert…

Elle a quelque chose de tangent, cette "água fresca de lime" (ta photo...) ou c'est moi qui penche ?

merci pour cet autre lien.
j'avoue une légère préférence pour le lime petit fruit, que je trouve plus parfumé

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.