Catégories

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

RECHERCHER

JPB

  • JP

,


CFRG


..

Liens prioritaires

Notre consultant au Japon


« Cuisson des pois chiches au chinotto | Accueil | Liens / livres à lire »

12/11/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Après avoir découvert depuis quelques lustres que le jardinage est l'école la patience et de l'humilité. Il faut l'appliquer aussi à la cuisine, le yuzu va falloir attendre un brin que la première plantule sorte de terre!Ouf pour le combava j'ai du stock depuis peu....
Anne

Le jardinage, comme la cuisine sont des disciplines universelles : elles mènent à tout, de la superstition aux sciences, en passant par la chimie.

très intéressant ces petits tests. Décidément, on apprend toujours en passant chez toi !

Ouh la la, après toutes mes virées à droite à gauche, j'ai plein de retard de lecture!

merci pour ces graphiques savants qui m'intéressent bien!

quand je fais des macérations huileuses ou des teintures d'agrumes pour extraire au mieux leur parfum, moi aussi, je mets mon nez au dessus des récipients très régulièrement, surtout pour les teintures dont il faut guetter le point zenithal, ensuite, ça s'oxyde un peu et ça retombe. En général, au bout de deux jours maxi pour les teintures, c'est bon.

Pour les macérats huileux, je fais tiédir l'huile pour extraire plus vite. (mais je m'en sers en cosméto plus qu'à table… )

Bonjour
Merci beaucoup pour ces résultats de tests, très intéressants. J'aimerais savoir si vous avez aussi tenté l'expérience avec des feuilles de combava? Par ailleurs est ce un parti pris de le faire à température ambiante? j'ai vu en effet quelques recettes où l'huile est chauffée à feu doux? peut être que 'arôme decombava est assez "resistant" à la chaleur sans se dénaturer? qu'en pensez vous?.. merci d'avance

Bonjour Dao, je n'ai pas tenté la feuille de combava dont je ne suis pas fanatique, et oui, l’arôme de combava est tout ce qu'il y a de solide voir insistant.
Nous travaillons à basse température (comme pour le séchage) c'est à dire max 45° car cela évite de perdre les composés les plus volatils, c'est comme l'extraction des essences à basse température, le rendu est nettement plus complexe, proche du fruit

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.