Catégories

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

RECHERCHER

JPB

  • JP

,


CFRG


..

Liens prioritaires

Notre consultant au Japon


« Jets de houblon mousseline | Accueil | Soupe artichaut-céleri rave »

22/02/2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J'imagine d'autant mieux le délicieux parfum que de mon côté, j'ai préparé une teinture de "tes" mains de bouddha dans de l'alcool à 40 (ce que j'avais sous la main, impossible de mettre la main sur de l'alcol à 96 en ce moment), d'une incroyable finesse.

Oui, venezia, tout est fait pour limiter au maximum l'accès du public à l'alcool à 96°. Certains empoieraient certaines vodkas très pures à la place (Finlandia...) mais je ne sais pas si le résultat est très heureux selon les cas (eaux de toilette, liqueurs de fruits).

L'origine de la "kölnische wasser" et des "colognes" fraîches (car "hespéridées") que l'Empereur appréciait serait la mythique "eau de la Reine de Hongrie" (un élixir de jouvance, à en coire la légende).
Ce que tu as bien explicité, Jean-Paul, procèderait des secrets des alchimistes (potions, philtres, élixirs, onguents...) qui comme les orfèvres (protégés par les vapeurs d'argent ?) bénéficiaient d'une longévité supérieure à la majorité de leurs contemporains... L'humanité a de tout temps éprouvé une fascination pour les remèdes miracles, les panacées, d'où les "thériaques" et la vogue des eaux multi-usages de l'Ancien-Régime. Mieux qu'une tisane ou une décoction, car prêtes à boire ! Il n'était pas rare de les consommer à la façon d'un "cordial", comme le faisait Napoléon en bon officier de son époque (la propreté de l'eau disponible lors des campagnes étant souvent douteuse). Les indications thérapeutiques des essences d'agrumes ont d'ailleurs un lien avec la sphère hépato-vésiculaire (ictère/jaunisse, céphalées d'origine digestive, digestion difficile). Mieux qu'une liqueur (comment ne pas penser à la Chartreuse ?), la bonne société ne pouvait pas s'en passer !
Quant au parfum des essences d'agrumes, il devait lui rappeler la Corse de son enfance.

Intéressant commentaire Philippe sur Napoléon et l'eau de Cologne
il est bien probable qu'on cultivait des bigaradiers en Corse au XVIII° : il faisait usage de l'eau de fleur d'oranger, comme dans tous les pays du climat de l'oranger, on en mets partout (et c'est bien agréable)
sur les vertus thérapeutiques des agrumes, c'est tout un monde qui tu ouvres
par exemple cette eau de Cologne naturellement jaune quand c'est une macération, provient de fruits jaunes et soigne... la jaunisse
Les latins disaient que le cédrat au le jus amer, soigne l'empoisonnement (poison = amertume)
Très très longtemps la médecine a été magique, au moins jusqu'à la fin de XIX°, on ne dira jamais assez le rôle de gens comme Pasteur, Auguste Comte etc dans l'éclosion de la modernité

Merci Jean-Paul. Ces thèmes me passionnent d'autant plus que je vis près de Grasse qui attire encore des gens venant du monde entier (alors qu'on n'y produit presque plus de plantes à parfum, quant parfums ils sont de plus en plus remplacés par l'industrie des arômes alimentaires).
On imagine, en effet, que plusieurs variétés d'agrumes devaient pousser notamment sur la côte ouest (dans la baie d'Ajaccio en particulier, qui bénéficierait d'un climat privilégié de type mentonnais), les échanges entre la Sardaigne, les îles Baléares, d'Elbe et la Sicile portaient à cela.

Ce que tu ajoutes à propos des propriétés curatives du cédrat (d'où citrus "medica" j'imagine) et d'autres citrus de couleur jaune rappelle la fameuse théorie empyrique (mais aussi poétique et naîve) des "signatures" de Paracelse. C'est aussi un faisceau de symboles (foie-couleur jaune/vert-amertume).

Quoiqu'il en soit je me réjouis de ne pas encore avoir eu affaire aux inconvénients des essences d'agrumes (causticité/irritant et photo-sensibilité solaire) car j'aurais bien du mal à m'en passer.

et tu peux dire avant l'alchimie, du fait des médecins-pharmaciens arabes andalous qui distillaient, extrayaient, et soignaient, héritiers directs des médecins gréco-romains, chaque famille latine ou grecque avait sa pharmacie dans son jardin à côté de la salade,
c'est d'ailleurs curieux qu'en devenant rationnels et expérimentaux les thérapeutes ont perdu l'idée qu'on fait sa santé tous les jours par ce qu'on boit, mange et respire (importance des parfums)
quant à soigner par l'équilibrage des acides, amers etc. l'idée à duré jusqu'à la fin du XIX°
A propos du cédrat, citrus medica à cause des Mèdes, d'ou les grecs l'ont apporté en occident,
je ne résiste pas à te faire une longue citation de Danielle Gourevitch (Revue de philologie 2003/2 - Tom LXXVII) :

« Selon Pline p. 107 livre XXIII de l’Histoire naturelle, les médecins disent que l’écorce de grenade « est diurétique et que, bouillie avec de la noix de galle, dans du vinaigre, elle raffermit les dents branlantes ; on y recourt dans l’atonie des femmes enceintes, parce que son goût stimule l’enfant ».
Telle est du moins la traduction qui figure dans la Collection des Universités de France, par Jacques André (1971), pour "expetitur gravidarum malaciae, quoniam gustatu moveat infantem".
Mais je considère que le traducteur a mal compris le problème : d’abord il traduit le latin malacia par « atonie », ce qui désignerait un certain manque général de .. tonus, chez la femme enceinte fatiguée par la grossesse. Il n’en est rien : le mot pseudo-latin malacia translittère le grec malakiva, qui d’ailleurs n’est pas attesté en ce sens précis dans la littérature grecque.
Mais Pline en éclaire le sens en XXVII 48 et XXVIII 72, avec l’expression de malacia stomachi, « faiblesse d’estomac » en général, combattue par des substances amères comme l’absinthe.
Et Dioscoride mieux encore en I 115, 5, où il écrit : « les femmes surtout mangent le cédrat (Citrus medica R.) contre la cissa ».
Donc malacia malakiva = kivssa cissa = pica, cas particulier du pica moderne, perversion du comportement alimentaire qui consiste à rechercher des substances habituellement considérées comme non-comestibles, bizarres, acides.
Le pica antique est celui des femmes enceintes poussées à de tels comportements pour des raisons que le médecin cherche à expliquer par un trouble de la physiologie, un état de déséquilibre du corps dû à la présence du fœtus, et aux charges nouvelles que celui-ci impose à l’estomac maternel.
Le traitement repose sur la théorie humorale du corps humain; il essaiera de rééquilibrer les humeurs du corps maternel et particulièrement d’enrayer la surabondance des humeurs stomacales, par toutes sortes de moyens : moyens gymniques, massages, ventouses, et moyens diététiques avec notamment des aliments astringents qui resserreront le corps empli de trop de liquides et, comme on le voit ici, modifieront de ce fait la position du foetus.
Il ne s’agit donc nullement de le « stimuler » comme l’écrit Jacques André, ni de le « ranimer » comme le fait Littré dans son édition de 1848-1850 chez Dubochet, mais de le « faire bouger », sens propre de movere...."

tu sais ce qui te reste à faire si tu te sent l'estomac lourd : un sucre dans de l'eau de Cologne au cédrat.

Apres le jus de canne maison, voila les parfums made in LoF. Parfums guerisseurs qui plus est. Magique.

jp, tu es pour moi une source d'inspiration inépuisable. Depuis le temps que je rêvais de créer ma propre eau de cologne... merci...

La médecine magique me sied plus que la chimique.Hélas, une OPA hostile sur la médecine andalouse a été menée à bien par Monsanto et cie!
Un canard à l'eau de mélisse des Carmes était le remède souverain de ma Grand Mère pour indispositions et désagréments divers!
Anne

J'utilise de la Finlandia quand j'en ai sous la main, ell est très neutre.

Boire l'eau de Cologne... mais enfin... ! et pourtant ! y'a que chez toi qu'on peut découvrir des trucs pareils. Profondément intéressant autant que le débat à travers les commentaires... étrangement, je regarde les agrumes d'une autre façon ces derniers temps.

pouvons-nous faire de l'eau de toilette avec de l'alcool à vin (je crois que c'est de l'eau de vie ?)
merci de m'éclairer...
mire.gf@orange.fr

bonjour Mire

... ça dépend de ton alcool de vin, de son titre, et de son parfum
et de ce que tu va mettre dans ton eau de toilette

- si l'alcool titre peu (moins de 50°) tu n'obtiendras pas d'aussi bon parfum qu'avec un alcool fort,

- plus son parfum (de vin) sera fort plus tu devras le masquer

- En France tout le monde me dit que c'est difficile d'acheter de l'alcool à 90° (ou plus) de qualité alimentaire, non parfumé, neutre
je crois qu'en insistant auprès d'un pharmacien ça doit être possible car la vente n'est pas interdite - à ce que je sais.

- Le mieux est d'essayer, de toute façon l'alcool sent l'alcool et pour faire une eau de toilette qui donne un bon rafraichissement après la toilette
il faudra faire un mélange d'essences avec une essence qui cache le parfum d'alcool. Dans cette eau de Cologne le romarin fait bien ce travail

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.