Catégories

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

RECHERCHER

JPB

  • JP

,


CFRG


..

Liens prioritaires

Notre consultant au Japon


« Aji charp farcis | Accueil | Bavaroise mode XVIIIeme »

03/09/2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

C'est bien tentant, la rose ouvre des tas de possibilités.

hello,

Moi qui suis en train de me prendre la tête avec les variétés de roses utilisées en cosmétique/médecine, je me désaltère avec cette page rafraichissante.
Je n'ai pas de roses fraîches sous la main. Mais ça me donne envie d'essayer avec des roses de Provins séchées et probablement de la Syrah au nez poivré. Ça ne devrait pas être mal.

On fait aussi de l'excellent vinaigre de rose antiseptique et bon pour tout. Par curiosité: quelles roses ont finies ivres mortes dans la bouteille?

je viens de decouvrir ton blog et la première chose que je vois est magnifique…

je viens de decouvrir ton blog et la première chose que je vois est magnifique…

Avec soin et délicatesse, la rose peut révéler bien des prodiges aux palais les plus exigeants. Autrement, c'est une horreur de grossièreté, d'arômes capiteux et/ou n'évoquant plutôt des odeurs synthétiques immondes.

voilà une bien belle raison de me faire offrir quelques roses, argument dont je saurai faire bon usage ;-)!

tu as raison Philippe,
la rose thé est un parfum typé qui a vite fait de sentir le déodorant pour toilettes.
C'est pourquoi c'est Ann qui choisi les roses pour le vin de rose, c'est elle qui a la haute main sur la roseraie et qui sélectionne les roses chez David Austin
c'est comme l'eau de rose, rare sont celles qui libèrent un parfum qui te fait monter, mais beaucoup te collent un bon coup sur la tête

merci pour ton commentaire

bonsoir princesse
je vais demander à Ann les variétés de roses qu'elle a choisies,
tu sais que le pic de la rose est proche de celui du poivre
donc le mélange des deux (Nahéma de Guerlain) induit une hésitation et un sentiment curieux
et à vrai dire agréable,
si tu as des roses fraîches ça me semble préférable

Je t'en prie, J.P. Il faut que je t'avoue que la rose fait partie des piliers qui sous-tendent les cultures du Caucase, les ottomans aussi en étaient fous.
Idem avec les amandes, les grenades, les sons flûtés, la soie, les noix, les pêches, la crême glacée, le murmure de l'eau... Tout ça a tellement voyagé.

Lire la recette comme une poésie, concocter en douceur, dans le respect des délicats pétales... que c'est beau!

Bon et bien si c'est une recette d'Apicius on peut lui faire confiance, ça me rappelle de bons souvenirs cette traduction poétique !
Rose et violette je craque!

Ca se lit comme un poeme, ca se deguste certainement comme ca aussi. Je m'en vais aller cueillir des roses apres la rosee du matin, les eparpiller partout dans la cuisine, ressortir un verre du 18eme et je t'enverrai une photo.

Aaaaaaaaaah, j'ai fait une grande erreur en empochant trop vite les roses de septembre !!
J'aurais mieux fait d'attendre un peu et les boire à votre santé !!!

tant pis pour toi
on boira le reste de notre vin à la tienne

A vous toutes et tous ici qui semblent aimer,
leparfum delicat et parfois entetant
de la rose au printemps,
voici
une recette un peu corcee, medicinale
Un petit verre en fin de repas
(arthrite, diarrhee, gencives fragiles, haleine fetide, leucorrhee, reumathismes, troubles intestinaux)
Pour mieux dire, c'est un elixir antibiotique, fortifiant et tonique.
A votre sante!

1 L. de vin rouge (beaujolais, Mediran, Medoc)
60rg sucre ou mile
50gr de perales de rose seches
1 petit verre d'eau de vie
1 cuil. a cafe de graines d'anis
1 pincee de safran

Melanger les petales et les epices
recouvrez avec le vin et l'alcool
laissez reposer 8 jours
ajouter le sucre (ou miel) et remuez bien
filtrer et embouteiller

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.